Impact de la plongée sur le milieu marin

Le COMASSUB se fait le relai de la newsletter « Développement durable » de la FFESSM du 14 novembre 2017 :

La FFESSM est associé à l’élaboration d’une stratégie sur les sites de plongée en Méditerranée. Cette stratégie est élaborée par l’Etat (Agence française pour la biodiversité et Préfecture maritime) dans le but de garantir le bon état écologique de la Méditerranée. La première phase de cette étude est un état des lieux cartographié sur la plongée (données sur l’activité), sur les sites (fréquentation, état écologique…), l’impact de la plongée sur le milieu, les mesures actuelles de gestion mises en place…

L’état des lieux conclut qu’il n’y pas de corrélation directe entre la plongée et l’état écologique des sites, en particulier parce qu’il est impossible aujourd’hui de différencier les impacts éventuels de la plongée des autres impacts (météo, pêche, mouillage plaisance, pollutions, etc.). L’Etat a rappelé également à diverses reprises des moyens financiers et humains contraints pour mettre en œuvre cette stratégie. L’urgence en terme de stratégie et de plan d’actions, est donc, pour la FFESSM, de consolider les modes d’actions actuels des différents acteurs (gestionnaires, collectivités et clubs et SCA), avant d’ajouter de nouvelles mesures.

Plus précisément, concernant les mesures la FFESSM porte les positions suivantes :

La FFESSM est défavorable – en l’absence de toute pertinence démontrée sur l’état écologique des sites :
– A toute mesure réglementaire visant à interdire ou restreindre l’activité ;
– À toute mesure financière visant à prélever auprès des structures ou des plongeurs, une somme (taxe, redevance, paiement) en contrepartie de leur accès aux sites ;
– A toute mesure administrative complexifiant la gestion des structures (déclaratifs, autorisations…) ;
– A toute ingérence de l’Etat (services de l’environnement ou de l’AFB)  dans nos référentiels de formation fédéraux, encadrants et plongeurs (interventions obligatoires des services de l’Etat, alourdissement des contenus définis au plan national…)
– A toute mesure sur les sites qui ne viseraient que les clubs et SCA de la FFESSM (et pas les plongeurs hors structure, organisations étrangères, etc… ainsi que les autres activités baignade, pêche, etc.).

Ces mesures sont de nature à entraver, en effet, l’activité socio-économique des clubs et SCA (structures commerciales agrées), sans pour autant améliorer l’état écologique des sites.

La FFESSM est  favorable :
– A la mise en place de mouillages écologiques sur les sites fragiles et/ou très fréquentés, selon des modalités d’implantation et de gestion à définir localement avec nos organismes déconcentrés, nos clubs et SCA ;
– A des relations de terrain entre gestionnaires des aires marines protgéeés et clubs de manière à partager les connaissances, les points de fragilité, et les adaptations éventuelles possibles, ceci au cas par cas ;
– A des actions de sensibilisation des pratiquants ;
– A des partenariats pour l’amélioration des connaissances (suivis BioObs par exemple) ;
– A des actions locales et saisonnières d’information des structures et des encadrants par les agents des aires marines protégées (conférences, présentations des aires marines, etc.) ;
– A la diffusion par les aires marines, d’information ou de comportements préventifs sur les espèces et habitats naturels sensibles ;
– A des actions de labellisation et de valorisation des structures de plongée respectueuses.

Les conclusions de cette stratégie devront être données par l’Etat d’ici la fin de l’année.

Apnée- Communication de la Fédé

Le 10 octobre dernier, la commission apnée de la fédération nationale a diffusé sur son site une info dont le COMASSUB se fait le relai.

Bonjour, vous trouverez ci-joint, une nouvelle version du règlement des compétitions, avec des changements expliqués dans le fichier joint.
Ce réglement reprend les éléments du réglement CMAS pour lequel de nombreux compétiteurs de niveau international ont été associés.
« Cette dernière révision VF3 a également été rendue nécessaire par l’adoption de nouvelles dispositions législatives sur le certificat médical (art 1.2.2.5) ainsi qu’une précision concernant le protocole de sortie (art 8.15). »
Pièces jointes à l’article FFESSM :

DEMA show, chaud!

Le CMT au DEMA Show

Depuis mercredi 1er novembre se déroule à Orlando (Floride) le plus grand salon du monde dédié à la plongée sous-marine et aux sports subaquatiques.

Le Comité Martiniquais du Tourisme représente notre île au DEMA Show et en fait la promotion auprès des centaines de professionnels du voyage qui viennent découvrir les nouveautés.

Bravo et tous nos encouragements à la délégation du CMT qui est en charge de cette belle mission (sur la photo)!

Le salon ferme ses portes demain, 4 novembre.

La Martinique au DEMA show

La prochaine édition du DEMA SHOW  se tiendra du 1 novembre au 4 novembre 2017 à Orlando en Floride. Ce salon annuel, le plus grand événement commercial au monde pour les entreprises opérant dans les secteurs de la plongée sous-marine, des sports nautiques et de l’aventure / plongée, attire des centaines d’exposants et des milliers de professionnels du monde entier.  Destiné avant tout aux professionnels, le DEMA SHOW invite à découvrir les dernières innovations et les tendances des produits des principaux fabricants d’équipement de plongée, vêtements de sports nautiques,  fournisseurs de services et destinations de voyage. La Martinique y sera présente avec le CMT, (le Comité Martiniquais du Tourisme) qui aura pour objectif de promouvoir la destination dans le domaine de la plongée et du tourisme.
En plus de fournir un espace d’affaires et de réseautage, DEMA Show offre aux participants un programme d’études, y compris des séminaires sponsorisés par DEMA ( The Diving Equipment & Marketing Association) et par des exposants (fabricants, destinations de voyages et organismes de certification).

La réserve marine du Prêcheur honorée par le Prince Albert II de Monaco

Études sur les sargasses

Le 27 octobre 2017, le Prince Albert II de Monaco sera en Martinique à l’occasion de la mission d’études sur les sargasses réalisée par des chercheurs partis du Cap-Vert depuis un mois. Cette expédition doit arriver à la Martinique à la fin du mois d’octobre ainsi que le Prince Albert II qui sera sur notre île très précisément le 27 octobre. Il sera au Prêcheur sur l’aire marine, tout comme le Yersin, le navire scientifique des Explorations.

Le Prince effectuera une première présentation de cette mission qui vient tout juste de s’achever après trois semaines de traversée de l’Atlantique.

image1
Le Yersin, navire scientifique.

Durant le mois de novembre et décembre, le navire  restera en Martinique pour une série d’intégration de nouveaux matériels technologiques et une campagne de test avant de débuter un programme scientifique autour de l’île en janvier.

Source: RCI-Sullyvan Daphné.