Impact de la plongée sur le milieu marin

Le COMASSUB se fait le relai de la newsletter « Développement durable » de la FFESSM du 14 novembre 2017 :

La FFESSM est associé à l’élaboration d’une stratégie sur les sites de plongée en Méditerranée. Cette stratégie est élaborée par l’Etat (Agence française pour la biodiversité et Préfecture maritime) dans le but de garantir le bon état écologique de la Méditerranée. La première phase de cette étude est un état des lieux cartographié sur la plongée (données sur l’activité), sur les sites (fréquentation, état écologique…), l’impact de la plongée sur le milieu, les mesures actuelles de gestion mises en place…

L’état des lieux conclut qu’il n’y pas de corrélation directe entre la plongée et l’état écologique des sites, en particulier parce qu’il est impossible aujourd’hui de différencier les impacts éventuels de la plongée des autres impacts (météo, pêche, mouillage plaisance, pollutions, etc.). L’Etat a rappelé également à diverses reprises des moyens financiers et humains contraints pour mettre en œuvre cette stratégie. L’urgence en terme de stratégie et de plan d’actions, est donc, pour la FFESSM, de consolider les modes d’actions actuels des différents acteurs (gestionnaires, collectivités et clubs et SCA), avant d’ajouter de nouvelles mesures.

Plus précisément, concernant les mesures la FFESSM porte les positions suivantes :

La FFESSM est défavorable – en l’absence de toute pertinence démontrée sur l’état écologique des sites :
– A toute mesure réglementaire visant à interdire ou restreindre l’activité ;
– À toute mesure financière visant à prélever auprès des structures ou des plongeurs, une somme (taxe, redevance, paiement) en contrepartie de leur accès aux sites ;
– A toute mesure administrative complexifiant la gestion des structures (déclaratifs, autorisations…) ;
– A toute ingérence de l’Etat (services de l’environnement ou de l’AFB)  dans nos référentiels de formation fédéraux, encadrants et plongeurs (interventions obligatoires des services de l’Etat, alourdissement des contenus définis au plan national…)
– A toute mesure sur les sites qui ne viseraient que les clubs et SCA de la FFESSM (et pas les plongeurs hors structure, organisations étrangères, etc… ainsi que les autres activités baignade, pêche, etc.).

Ces mesures sont de nature à entraver, en effet, l’activité socio-économique des clubs et SCA (structures commerciales agrées), sans pour autant améliorer l’état écologique des sites.

La FFESSM est  favorable :
– A la mise en place de mouillages écologiques sur les sites fragiles et/ou très fréquentés, selon des modalités d’implantation et de gestion à définir localement avec nos organismes déconcentrés, nos clubs et SCA ;
– A des relations de terrain entre gestionnaires des aires marines protgéeés et clubs de manière à partager les connaissances, les points de fragilité, et les adaptations éventuelles possibles, ceci au cas par cas ;
– A des actions de sensibilisation des pratiquants ;
– A des partenariats pour l’amélioration des connaissances (suivis BioObs par exemple) ;
– A des actions locales et saisonnières d’information des structures et des encadrants par les agents des aires marines protégées (conférences, présentations des aires marines, etc.) ;
– A la diffusion par les aires marines, d’information ou de comportements préventifs sur les espèces et habitats naturels sensibles ;
– A des actions de labellisation et de valorisation des structures de plongée respectueuses.

Les conclusions de cette stratégie devront être données par l’Etat d’ici la fin de l’année.

La réserve marine du Prêcheur honorée par le Prince Albert II de Monaco

Études sur les sargasses

Le 27 octobre 2017, le Prince Albert II de Monaco sera en Martinique à l’occasion de la mission d’études sur les sargasses réalisée par des chercheurs partis du Cap-Vert depuis un mois. Cette expédition doit arriver à la Martinique à la fin du mois d’octobre ainsi que le Prince Albert II qui sera sur notre île très précisément le 27 octobre. Il sera au Prêcheur sur l’aire marine, tout comme le Yersin, le navire scientifique des Explorations.

Le Prince effectuera une première présentation de cette mission qui vient tout juste de s’achever après trois semaines de traversée de l’Atlantique.

image1
Le Yersin, navire scientifique.

Durant le mois de novembre et décembre, le navire  restera en Martinique pour une série d’intégration de nouveaux matériels technologiques et une campagne de test avant de débuter un programme scientifique autour de l’île en janvier.

Source: RCI-Sullyvan Daphné.

Organiser une plongée « ponte de coraux »

La reproduction des coraux est un événement rare et magique !
Dans la Caraïbe, on peut l’observer entre 2 et 10 jours après les pleines lunes des mois de juillet, août, septembre, voire octobre selon les espèces. Ce phénomène est encore mal connu.

Si vous souhaitez organiser des plongées d’observations au sein de vos clubs, voici quelques conseils :

–> Choix des dates : Les espèces les plus facilement observables en ponte sont les petits coraux étoilés (Orbicella annularis, Orbicella faveolata et Orbicella franski) et les coraux cerveaux (Pseudodiploria clivosa, Pseudodiploria strigosa et Diploria labyrinthiformis) qui pondent entre 6 à 8 jours après la pleine lune. Pour augmenter les chances d’observation de vos plongeurs, nous vous conseillons de prévoir une plongée le 6ème et/ou le 7ème jours après la pleine lune du mois d’août.

Pour apprendre à les identifier rendez-vous sur ce guide d’identification en ligne.

–> Choix du site : Choisissez un site ou vous pourrez observez les espèces citées ci-dessus. ATTENTION d’autres espèces sont susceptibles de pondre gardez donc les yeux grands ouverts !

–> Choix des horaires : Selon les espèces la ponte peut avoir lieu entre 30min et 4h00 après le coucher du soleil. Le soleil se couchant aux alentours de 18h30 au mois d’août, nous vous conseillons de prévoir une plongée de 45 à 60 min avec une mise à l’eau vers 21h00 pour augmenter les chances d’observation de vos plongeurs.

–> Briefing : Prévoyez l’heure de rendez-vous au club de manière à avoir le temps de faire un briefing.

Vous ne promettez rien à vos plongeurs, mais quel moment fantastique s’ils ont la chance d’observer ce phénomène. Si ce n’est pas le cas cela restera une plongée de nuit classique avec toute de même une multitude d’organismes aux moeurs nocturnes (holothurie lappa, vers géants des antilles, nudibranches, cigales, etc.) à observer !

N’oubliez pas de leur rappeler les précautions requises lors d’une plongée de nuit (sécurité, mode de communication, etc.) et de faire attention à leur stabilisation (oursins diadèmes, poissons lions).

Bonnes plongées!

Merci de nous faire un retour de vos observations

Qu’il y ait ponte ou non cela reste un indicateur pour les scientifiques du Coral Spawning Research Group) !

  • Site :
  • Profondeur :
  • Observateur(s):
  • Date :
  • Heure de début d’observation :
  • Heure de fin d’observation :
  • Espèces surveillées :
  • Surface approximative surveillée :
  • Espèces ayant pondus :
  • Heure du début de la ponte :
  • Durée de la ponte :
  • % approximatif des coraux surveillés ayant pondus :
  • Données environnnementales (conditions météo, marée, etc. ) :
  • Commentaires :

L’équipe de la CREBS.